Pages

jeudi 9 décembre 2010

Déclin scientifique, déclin tout court !

Je lisais dans l'excellent guerre technologique en débat(s) cette phrase d'un co-auteur que je ne citerai pas car il exprime un point de vue largement partagé par beaucoup de personnes. Ce n'est donc pas une question de personnes. "Tout d'abord une réflexion de base : pas de formation d'ingénieur : c'est une limite mais c'est aussi ce qui permet de prendre de la hauteur". Si l'on comprend bien, un ingénieur ne prend pas de hauteur vis-à-vis de la technique mais, ne pas comprendre grand chose à certaines technos le permettrait mieux.
Je vous propose une vision légèrement différente des dérives technologiques (acheter toujours plus de high tech, toujours plus hors de prix). Les grandes options technologiques sont-elles toujours prises par des ingénieurs ? Non, le plus souvent ce sont les financiers ou des décideurs qui ne comprennent pas toujours les tenants et les aboutissants technologiques qui choisissent les options. On reproche alors à la technologie des choix non éclairés et, paradoxalement, on reproche aux scientifiques l'obscurantisme grandissant en matière scientifique.
Plus largement, dans les écoles d'ingénieur, les jeunes français préfèrent s'orienter vers les compléments de formation en matière de finance, de communication ou de management (contrairement à beaucoup d'étrangers venant se former chez nous), sachant que les écoles de commerce sont très prisées.
Je ne parle même pas des filières professionnelles qui sont moins prisées (méprisées ?) que les filières générales. On ne produit plus suffisamment pour conserver notre rang mondial à long terme, ce qui est vrai dans de nombreux domaines.
A délaisser la production (industrielle, agricole, numérique, armement, etc.) et à dévaloriser (euphémisme) ceux qui produisent au sens large, on continue de "prendre de la hauteur", tout en dissertant sur notre chute présumée et les méfaits de la techno... Étonnant, non ?

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

3 commentaires:

  1. Trop d’ingénieurs tue l’ingéniosité !!

    Pour l'industrie :
    mais faites donc place a la créativité, au panache et a la prise de risque, et créez vous même vos marchés! c'est sur qu'en recrutant de manière endogame a central et polytechnique ça ne favorise pas l’émergence de pensées nouvelles ! osez élargir vos recrutements a d'autres types de compétences et cultures et cessez donc avec ces visions stériles de petits ingénieurs franco-francais ........

    Les tees bien faite du système socio-scolaire français réussissent bien tant que ca reste justement "scolaire" ......... il n'est pas étonnant de la voir réussir dans la finance .... mais attention a la chute des qu'ils sont dans d'autre type de compétitions et notamment au contact d'autres cultures , j'en connais un bout !! Si vos competiteurs n'utilisent pas les meme codes que vous (etre bon en math pour nous!) il faut savoir tres vite s'adapter .......

    RépondreSupprimer
  2. Un exemple du dédain envers les ingénieurs qui n'ont pas tous fait le top 10. Pour un génial créatif qui n'a pas réussi à l'école, si je vous suis, combien de très mauvais ? C'est comme cela que nous ferons des emplois ? Les Chinois, les Coréens ou les Indiens forment des ingénieurs. Bizarrement leur PIB augmente et ils produisent des produits de plus en plus complexes.
    Pour l'adaptation dont vous connaissez un bout, ce n'est pas une question de formation uniquement mais aussi de caractère ; on sort un peu du sujet.
    Cordialement

    RépondreSupprimer
  3. Un exemple du dédain envers les ingénieurs qui n'ont pas tous fait le top 10 ds grandes écoles d'ingénieur. Pour un génial créatif qui n'a pas réussi à l'école, si je vous suis, combien de très mauvais ? C'est comme cela que nous ferons des emplois ? Les Chinois, les Coréens ou les Indiens forment des ingénieurs. Bizarrement leur PIB augmente et ils produisent des produits de plus en plus complexes.
    Pour l'adaptation dont vous connaissez un bout, ce n'est pas une question de formation uniquement mais aussi de caractère ; on sort un peu du sujet.
    Cordialement

    RépondreSupprimer