Pages

vendredi 3 décembre 2010

Bouffer encore le chapeau en Côte d'Ivoire ?

Soyons clairs, je ne suis pour aucun des deux candidats mais le vote est réalisé. Il serait temps d'arrêter de bouffer le chapeau en Côte d'Ivoire. La commission électorale a eu quelques heures de retard pour proclamer une élection que les Ivoiriens et les Nations unies (et un grand nombre de pays) ont attendu 5 ans ! Le Conseil constitutionnel revient sur les résultats très vite : quelle célérité ! Cela fait envie ?
Le représentant de l'ONU a été désigné comme arbitre (résolution) et l'ONU a statué clairement (communiqué ci-dessous). Maintenant, il va falloir peut-être faire respecter le droit international, chaque acteur devant comprendre que son intérêt bien senti est de le respecter. Le chaos n'arrange pas grand monde et ruine les peuples.
Communiqué de l'ONU 3 décembre 2010 – Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a félicité vendredi Alassane Ouattara pour son élection à la Présidence de la Côte d'Ivoire et a appelé le Président sortant Laurent Gbagbo, battu au second tour du scrutin, à coopérer pour permettre une transition politique en douceur.
"Le Secrétaire général félicite M. Alassane Ouattara du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) pour son élection et appelle le Président élu à travailler pour obtenir une paix durable, la stabilité et la réconciliation en Côte d'Ivoire", a dit son porte-parole dans une déclaration publiée à New York.
"Le Secrétaire général appelle le Président Laurent Gbagbo à contribuer au bien du pays et à coopérer à une transition politique en douceur dans le pays", a-t-il ajouté. "Le Secrétaire général souhaite souligner que la volonté du peuple ivoirien doit être respectée, et appelle tous les Ivoiriens à accepter le résultat certifié et à travailler ensemble dans un esprit de paix et de réconciliation pour la stabilité et la prospérité de leur pays".
"Le Secrétaire général prévient que ceux qui pourraient inciter ou commettre des violences en seront tenus pour responsables", a dit encore le porte-parole.
Un peu plus tôt, le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour la Côte d'Ivoire, YJ Choi, qui avait pour mandat de certifier les résultats définitifs du second tour de l'élection présidentielle du 28 novembre, avait estimé que les résultats annoncés par le Conseil constitutionnel ivoirien et qui donnaient vainqueur le Président sortant Laurent Gbagbo « ne correspondaient pas aux faits ».
Le Conseil constitutionnel ivoirien a invalidé les résultats provisoires du second tour de l'élection annoncés par la Commission électorale indépendante (CEI) et a publié vendredi des résultats définitifs donnant le Président Gbagbo gagnant face à son adversaire Alassane Ouattara qui avait été déclaré vainqueur par la CEI.
« Il faut noter que j'ai implicitement certifié le déroulement du second tour lors d'une conférence de presse tenue le 29 novembre 2010. Ainsi, la proclamation des résultats définitifs par le président du Conseil constitutionnel, avec l'annulation du vote dans neuf départements du nord, qui donne la victoire au candidat Laurent Gbagbo, peut seulement être interprétée comme une décision ne correspondant pas aux faits », a dit YJ Choi dans une déclaration.
« La seule question qui demeure est de savoir si l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) est tenue de se plier au verdict du Conseil Constitutionnel quelles que soient les circonstances. La réponse à cette question devrait tenir compte du fait que le gouvernement ivoirien a accepté le rôle de certification du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte d'Ivoire », a-t-il ajouté.
« En tant que certificateur des élections ivoiriennes, j'ai procédé à l'évaluation et à l'analyse de tous les procès-verbaux transportés par l'ONUCI et reçus de la CEI. Même si toutes les réclamations déposées par la Majorité Présidentielle auprès du Conseil Constitutionnel étaient prises en compte en nombres de procès-verbaux, et donc de votes, le résultat du second tour de l'élection présidentielle tel que proclamé par le Président de la CEI le 2 décembre ne changerait pas, confirmant le candidat Alassane Ouattara vainqueur de l'élection présidentielle », a-t-il encore dit.
Face à la situation tendue en Côte d'Ivoire, le Secrétaire général de l'ONU a eu des discussions avec plusieurs chefs d'Etat pour coordonner la réponse aux événements à la suite de l'annonce des résultats du second tour de l'élection présidentielle, a indiqué vendredi son porte-parole.
Le Secrétaire général s'est notamment entretenu jeudi par téléphone avec le Président français, Nicolas Sarkozy. Vendredi matin, il a appelé le Président de l'Union africaine, Jean Ping, ainsi que le Président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, en tant que médiateur de l'accord de paix ivoirien.
Il s'est également entretenu avec le Président du Nigéria, Goodluck Jonathan, et avec la Présidente du Conseil de sécurité pour le mois de décembre, la Représentante des Etats-Unis auprès des Nations Unies, Susan Rice.
Il doit discuter vendredi après-midi avec la Haut représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Catherine Ashton, a précisé son porte-parole.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

1 commentaire: